Lors du sommet du G20 de Buenos Aires, les Etats-Unis et la Chine ont accepté, temporairement, de mettre fin à leur guerre commerciale.
Ce sommet a aussi été l’occasion pour l’ensemble des grandes puissances économiques, à l’exception des Etats-Unis de confirmer leurs engagements concernant la lutte contre le réchauffement climatique et de soutenir à nouveau les accords de Paris sur le climat. Malgré certaines tensions, l’ensemble des états participants ont reconnu que ce réchauffement climatique était « irréversible », mais qu’ils devaient tenter d’en diminuer les conséquences.

Il faut noter que la France et la Chine semblent partager la même préoccupation pour la défense de l’environnement. Les deux ministres des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et Wang Yi, dans une déclaration commune, ont exprimé leur plus grand engagement politique à respecter les accords de Paris sur le climat et ont affirmé leur soutien à la prochaine COP24 qui doit se dérouler à Katowice en Pologne du 3 au 14 décembre 2018.

D’autre part, la France devrait donner son appui à l’organisation de la COP15 de la Convention sur la diversité biologique en Chine en 2020.

La France et la Chine ont compris que la lutte contre le réchauffement climatique n’était pas qu’une question environnementale, et que l’absence de décisions fermes sur ce sujet aurait des conséquences catastrophiques en terme d’économie et de pauvreté.

La Chine est aujourd’hui le leader des énergies renouvelables et les états européens tentent de s’adapter aux nouveaux défis environnementaux en adoptant de nouvelles pratiques et technologies permettant de limiter leurs rejets.

Cette déclaration commune pourrait relancer des projets de coopération entre la Chine et la France visant à rendre les nouvelles routes de la Soie plus verte.
Wang YI a réaffirmé la volonté de la Chine de rendre la BRI plus verte. Lors de sa visite à Beijing, en janvier 2018, Emmanuel Macron avait proposé un partenariat franco-chinois pour la réalisation de l’initiative verte des routes de la Soie. Cette déclaration commune, devra être suivie par une intense coopération entre la Chine et l’Union Européenne pour développer des projets environnementaux dans l’ensemble des régions de la BRI et permettre aux populations locales de mieux répondre aux nouvelles conditions environnementales et de limiter le réchauffement climatique.

La Chine et la France alliées contre le réchauffement climatique
Étiqueté avec :                                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*