L’état australien de Victoria dans la BRI

En octobre 2018, l’état australien de Victoria a officiellement apporté son soutien à la BRI. Son premier ministre Daniel Andrews et Cheng Jingye l’ambassadeur de Chine en Australie ont signé un mémorandum d’entente sur la BRI.

Dès mai 2017, le premier ministre de l’état de Victoria avait fait part de son intention de participer à la BRI. L’objectif du gouvernement de l’état de Victoria est d’augmenter son attractivité auprès des investisseurs chinois, et devenir le point d’entrée des entreprises chinoises en Australie.

Selon des experts de l’agence chinoise NDRC, d’autres états australiens pourraient conclure des accords similaires, en l’absence d’un partenariat au niveau national. Le gouvernement australien n’a toujours pas donner son accord au programme d’infrastructures chinois.

Quel accord?

Il faut cependant rappeler que ce type d’accord est relativement vague, et peu contraignant; il s’agit principalement d’une déclaration d’un gouvernement national ou régional qui s’engage à renforcer ses échanges avec la Chine dans le cadre de la BRI. Il s’agit principalement d’un déclaration d’intention. Mais ces accords ont tout de même une certaine importance, car ils donnent un coup de projecteur sur certaines régions et peuvent inciter le gouvernement australien à s’engager pleinement dans la BRI, chose qu’il a pour l’instant refuser.

Il faut néanmoins faire attention à ce que ce type d’accord ne crée par de tensions entre administration locale et pouvoir central. Beijing doit être vigilant pour ne pas froisser ces partenaires lorsque la Chine conclue ce type d’accord avec des gouvernements locaux.

La BRI et les régions européennes

On peut se demander si en Europe, des régions pourraient elles-aussi signer des memoranda d’entente concernant la BRI. Toutes les régions européennes n’ont pas le même degré d’autonomie, et ce genre d’initiative peut ne pas être autorisé dans certains états.

L’Union Européenne, comme l’Australie ne s’est pas officiellement engagée dans la BRI, bien que certains de ces membres aient déjà signé des memoranda d’entente sur ce sujet.

De nombreuses régions d’Europe entretiennent des accords de coopération avec des villes et provinces chinoises. Ces accords sont culturels (organisation d’évènements et de rencontres, échanges scolaires) , mais aussi économiques (visites de chefs d’entreprises en Chine et en Europe).

L’ensemble des provinces chinoises ont développé des stratégies de développement relatives à la BRI, les régions européennes devraient s’emparer de ce sujet et réfléchir avec leurs partenaires chinois à des projets communs dans le cadre de la BRI.

A l’instar de l’état de Victoria, les régions européennes devraient chercher à renforcer leurs échanges avec la Chine, créer des initiatives liées à la BRI, et ainsi inciter leur gouvernement respectif à rejoindre officiellement le projet chinois.

La coopération décentralisée sous la BRI
Étiqueté avec :                            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*