Le programme « Belt and Road » a pour objectif d’accroitre les échanges le long des anciennes routes de la Soie. Le développement du transport ferroviaire entre la Chine et l’Europe constitue un point important de la BRI. Des trains relient déjà certaines capitales de provinces chinoises à plusieurs villes européennes. Ce mode de transport a plusieurs avantages, il est plus rapide que la voie maritime, et moins couteux que le transport aérien. Cependant, il reste plus cher que le transport maritime.

Ces lignes ferroviaires ne sont plus seulement utilisées par les entreprises chinoises, aujourd’hui elles transportent aussi des marchandises européennes vers la Chine.

Cependant, pour attirer plus  d’entreprises, cette liaison Europe-Chine doit devenir encore plus compétitive face au transport maritime. Un effort supplémentaire doit être fourni pour réduire la durée de transport. Aujourd’hui, ces trains sont retardés en raison de changements de bogies des wagons  qui se font à l’entrée au Kazakhstan et à Brest Litovsk à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie.  Cela est du au fait que les états de l’ex Union Soviétique n’utilisent pas les mêmes normes en matière d’écartement des voies que la Chine et l’Union Européenne. Au Kazakhstan et en Russie, l’écartement des rails est plus large, et donc les wagons doivent être amenés sur d’autres bogies ; cette opération longue et complexe demande plusieurs heures.

En 2004, le Kazakhstan avait réfléchi à l’adoption du système d’écartement standard pour faciliter les transports commerciaux avec la Chine. Cependant, aujourd’hui, le système des « voies larges » reste la norme au Kazakhstan.  La solution à cet obstacle pourrait venir du constructeur ferroviaire chinois «  China Railway Rolling Stock Corporation ».  En mai 2017, CRRSC a annoncé travailler sur la construction de nouveaux trains qui pourraient s’adapter aux différents types d’écartements, ce qui rendrait le transport entre la Chine et l’Europe encore plus rapide.

Cependant, le développement du transport ferroviaire entre la Chine et le l’Europe devra aussi faire face à d’autres défis pour être plus compétitif vis-à-vis du transport maritime. Il s’agit tout d’abord de faciliter les passages en douanes entre les états. Le principe d’une déclaration, une inspection, un dédouanement doit devenir la règle pour ce type de transport intercontinental.  Enfin, il est nécessaire de protéger au mieux les marchandises transportées sur ces trains, en utilisant des wagons qui respectent au mieux leurs marchandises pour faire face à des conditions climatiques extrêmes (notamment en raison des basses températures hivernales au Kazakhstan et en Russie).

Des trains Europe-Chine encore plus rapides ?
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*