En février 2017, Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille a posé la première pierre du « Marseille International Fashion Center 68 » (MIF 68) qui devra ouvrir ses portes en juillet 2017. Cette structure aura pour ambition de devenir le plus grand marché de textile chinois en Méditerranée, et accueillera plusieurs centaines de grossistes, mais aussi des showrooms pour les fabricants asiatiques et européens, ainsi que des restaurants. Les magasins de cette nouvelle structure seront construits essentiellement à partir de containers maritimes.

Ce nouveau centre, grâce à sa proximité avec l’aéroport, la gare, et le port de Marseille, devrait attirer non seulement une clientèle française, mais aussi internationale.  Les grossistes qui seront présents pourront être livrés plus facilement que dans le centre ville de Marseille. Le « Marseille International Fashion center » devrait concurrencer le « CIFA, Fashion Business Center » près de Paris et le « Dragon Mart » de Dubaï.

Il s’agit pour les entreprises chinoises d’être au plus près du marché méditerranéen. Aujourd’hui, la majorité du textile chinois importé en France est débarqué dans les grand ports de l’Europe du nord comme Anvers, Rotterdam ou encore Le Havre.

En accueillant le MIF 68, Marseille renforce son rôle de plaque tournante dans le commerce mondial et permet de mieux se positionner face à ses concurrents en mer Méditerranée que sont Gènes, La Spezia ou Valence.

Les entreprises chinoises ont déjà largement investi dans le port du Pirée en Grèce pour le transformer en hub de l’OBOR en Méditerranée orientale. Marseille pourrait devenir une nouvelle destination de la route maritime de la Soie du programme OBOR  (One Belt One Road).

Le succès du Mif 68 et de Marseille dépendra de la capacité de cette ville à moderniser ses infrastructures portuaires et à améliorer son image pour attirer de nouveaux investisseurs.  Les autorités marseillaises devront aussi se propulser au-delà de la Méditerranée et intégrer dans leur stratégie de développement le programme chinois de l’OBOR.

Marseille, une nouvelle escale de la route maritime de la Soie
Étiqueté avec :            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*