Le professeur Michael Glantz (Université du Colorado, Boulder) est le principal auteur d’un livre intitulé «One Belt One Road: China’s Long March Toward 2049», publié à la mi-avril 2019.

Le professeur Glantz nous a contactés il y a plusieurs mois lors de la préparation de son livre, et nous avons eu des échanges passionnants au sujet de l’initiative « ceinture et route » du président Xi Jinping. Après la publication de «Belt One Road: China’s Long March Toward 2049», le professeur Glantz a accepté de donner une interview à OBOReurope afin que nos lecteurs puissent en savoir plus sur son livre destiné à sensibiliser le public aux projets d’infrastructure menés par la Chine dans le monde.

Michael Glantz et son intérêt pour la BRI

This image has an empty alt attribute; its file name is Michael-Glantz-oboreurope.jpg
Prof. Glantz

Le professeur Glantz est directeur du « Consortium for Capacity Building » de l’Université du Colorado, à Boulder, où il mène des recherches sur le climat, l’eau et les phénomènes météorologiques, ainsi que leur impact sur la société. Ses recherches portent principalement sur la réduction des risques de catastrophe et les systèmes d’alerte avancés liés au climat. Il a écrit de nombreux articles et livres sur la sécheresse, les inondations et la désertification dans différents pays du monde.

À la lumière de ses expériences multidisciplinaires, il a été invité à participer à divers consortiums de recherche, notamment en tant que membre du comité consultatif du programme IRG (Programme international pour la gouvernance intégrée du risque), basé à l’Université normale de Beijing. Il a également enseigné dans plusieurs universités en Chine.

Glantz a appris l’existence de l’OBOR pour la première fois au printemps 2016. À l’époque, l’initiative chinoise n’était pas autant couverte par les grands médias occidentaux qu’aujourd’hui. Alors que la couverture médiatique des nouveaux projets OBOR / BRI augmentait, il a rassemblé et catégorisé les articles des médias sur les nouvelles activités d’infrastructure de la Chine. Pour avoir une vue d’ensemble des divers aspects de «l’écosystème» de la BRI, il a cartographié les nouveaux développements des projets maritimes, continentaux, aériens et mêmes spatiaux. La BRI a suscité l’intérêt des économies industrialisées et des économies en développement, mais pour des raisons différentes. OBOR / BRI était devenue une marque à succès pour le thème du développement des infrastructures mondiales promues par la Chine et du «rêve chinois». Le premier article de Glantz sur les routes de la Soie a été publié en mars 2017 dans une revue russe, et est intitulé « One Belt One Road: What a difference a Brand makes » (Une marque qui fait la différence).

Avec deux autres chercheurs (Robert Ross et Gavin Dougherty), à travers ce livre, Glantz a voulu capter l’enthousiasme du public pour ce qui pourrait s’avérer être l’un des projets de développement les plus importants du XXIe siècle. Le modèle de développement de la Chine est très attractif pour les pays en développement, car la Chine était elle-même un pays en développement. Bien que les États-Unis et l’Union européenne soient d’importants donateurs d’aide internationale au développement en faveur des pays du « sud », leur modèle consistant à fournir une assistance financière aux pays en développement semblait moins efficace que le modèle chinois. La Chine est devenue une superpuissance économique et politique mondiale en moins de 40 ans: les pays en développement souhaitent donc s’inspirer de l’initiative de développement financée par la Chine dans l’espoir de reproduire son succès en quelques décennies.

Les auteurs ont considéré chaque projet de la BRI comme une « campagne » visant à dynamiser et à soutenir les différents acteurs socio-économiques de la Chine afin qu’ils s’engagent dans les efforts du pays visant à accélérer le développement économique des pays étrangers, en utilisant son modèle comme alternative au modèle promu par les institutions de développement occidentales. Les auteurs ont également suggéré que la concurrence économique naissante dans différentes régions ressemblait au «Grand Jeu», c’est-à-dire une compétition mondiale pour établir des «sphères d’influence» régionales. Ils ont attiré l’attention, l’inquiétude et même la colère des États-Unis spécifiquement sur la route de l’arctique et la route de l’espace.

Glantz a avoué que l’un des défis majeurs auquel il faisait face était de suivre chaque semaine les nouveaux développements de la BRI, avec son lot de rebondissements, voire de retournements. Glantz a décrit son livre sur l’OBOR / BRI comme fournissant un cadre d’information pour une nouvelle BRI 3.0. L’OBOR / BRI 1.0 représente le déploiement initial et le développement rapide d’accords bilatéraux d’infrastructure en Asie, en Afrique et en Europe. La BRI 2.0, suggère-t-il, a commencé avec le problème du remboursement de la dette du Sri Lanka pour le port en eaux profondes de Hambantota, construit par la Chine. Lorsque le gouvernement sri-lankais n’a pas été en mesure de rembourser ses emprunts, les Chinois ont reçu ce port en concession pour 99 ans. Cet incident a conduit certains observateurs à qualifier les prêts accordés par la Chine de « piège de la dette ».

Les États-Unis et la BRI chinoise

Glantz s’inquiète du fait que peu d’Américains, y compris leurs dirigeants politiques, ne sont au courant du développement de la BRI. Les auteurs espèrent que leur livre sensibilisera le public américain et étranger sur l’importance de la BRI. Le livre offre des chapitres intéressants sur de nombreuses régions, notamment l’Asie du Sud-Est, l’Asie centrale, l’Asie du Sud-Est, l’Asie méridional, l’Amérique latine, l’arctique et l’espace.

Glantz pense que la récente expansion géographique du succès de la BRI est due en partie aux politiques bilatérales isolationnistes du président Trump basé sur son slogan de campagne « America First ». Le mauvais traitement que Trump a réservé à ses voisins nord-américains et à ses alliés de l’OTAN a incité les gouvernements des pays en développement à envisager sérieusement la BRI de la Chine comme une alternative viable aux approches institutionnelles occidentales du développement.

Les États-Unis ont récemment dévoilé leur propre programme pour concurrencer la BRI, mais celui-ci ne peut pas être comparé à celui de la Chine en raison de son faible financement de Beijing pour les infrastructures. La Chine envisage d’investir plusieurs billions de dollars dans la BRI, tandis que les États-Unis n’ont seulement proposé quelques dizaines de milliards de dollars au maximum. Pour Glantz, les USA en font trop peu et trop tard.

L’aide des États-Unis et des organisations internationales est conditionnée par des règles de transparence et des principes de gouvernance qui prennent du temps à mettre en œuvre. L’utilisation des ressources fait également l’objet d’un examen minutieux afin de réduire la corruption, alors que l’assistance financière de la Chine est plus rapidement disponible, permettant la construction rapide de projets. Il est important de noter que dans  la nouvelle BRI 3.0, la Chine a annoncé adopter renforcer ses règles de transparence. Les Etats-Unis ne sont pas susceptibles de rejoindre la BRI en Chine, a déclaré Glantz, en raison de la rivalité de plus en plus intense entre les deux superpuissances.

Construire la marque BRI

Glantz est intéressé par la marque OBOR (appelée plus tard BRI). Dans son livre, il utilise à la fois les acronymes OBOR et BRI, appelant cela OBOR / BRI, mais préfère toujours l’OBOR, qu’il qualifie de marque à succès. L’un des chapitres aborde l’origine possible de l’acronyme OBOR, qui proviendrait  du slogan «One World One Dream» des Jeux Olympiques de Beijing de 2008.

Dans le chapitre intitulé «Tendances bilatérales contre multilatéralisme », il revient sur l’apparition du concept de« piège de la dette » associé au projet de la BRI. Il explique que la Chine n’a pas adopté de position offensive pour contrer l’expression « piège de la dette » sur la question des  prêts. Les autorités chinoises ont pour la plupart réagi aux critiques formulées par des étrangers à propos de leurs pratiques de prêt en mentionnant ce que la BRI n’est pas (par exemple: « La Chine affirme que les projets ne sont pas responsables de la majeure partie de la dette de l’Afrique »; « La BRI n’est ni un complot ni un outil politique »).

Glantz suggère que les autorités chinoises devraient considérer une nouvelle image qui présenterait les investissements et les prêts offerts par les banques chinoises comme des opportunités plutôt que de répondre passivement au fait qu’elles ne constituent pas une menace pour les pays hôtes. À son crédit, la Chine reconnaît qu’elle est en phase d’apprentissage. Le président Xi a affirmé que la Chine réviserait ses pratiques de prêts pour ses prochains projets. Glantz estime que le BRI est déjà un succès, malgré les critiques à son sujet. La connectivité, à travers ses projets d’infrastructures et son commerce, a augmenté entre les partenaires chinois et étrangers.

Objectifs à long terme

Le professeur Glantz reconnaît la sagesse de la Chine de se concentrer sur les besoins en infrastructures des économies en développement. Contrairement à de nombreux pays, la Chine a une perspective à long terme guidée par son histoire. L’année 2049 est symboliquement une année importante pour la BRI, car ce sera le centième anniversaire de la République populaire de Chine. Certains investissements dans des projets risqués dans le cadre de la BRI peuvent sembler irrationnels d’un point de vue économique, mais pourraient se révéler rentables dans un avenir lointain en termes d’économie, de politique, de connectivité ou d’idéologie.

Les échanges éducatifs et diplomatiques entre la Chine et ses partenaires de la BRI permettent également à la Chine de nouer des relations à long terme. Les étudiants étrangers de tous âges invités dans les écoles chinoises deviennent des « ambassadeurs » à leur retour dans leur pays d’origine. Alors que l’Amérique de Trump construit des murs pour empêcher les étrangers d’entrer, la Chine construit des ponts avec les pays étrangers. Pour sa part, la Chine crée de nouvelles opportunités dans de nouvelles régions pour son gouvernement, ses entreprises et les pays partenaires de la BRI. Les nouvelles routes de la Soie mènent à tous les continents. Elles reviennent également en Chine.

La BRI et ses réactions changent le monde

Il y a de plus en plus de livres sur la Chine, en particulier sur les différents aspects de la BRI qui ont été évoqués dans les discussions sur la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. « One Belt One Road: China’s Long March Toward 2049 », a été écrit pour sensibiliser le public à la politique d’ouverture de la Chine qui remet en cause le statu quo et qui, in fine, modifie la géopolitique. La BRI est un projet mondial qui constitue un défi, voire une menace pour certains, pour l’unité d’organisations régionales telles que: l’Organisation des États américains (OEA), l’ASEAN, la SAARC et même l’UE. Certains membres de ces organisations ont choisi d’essayer le modèle de développement chinois par le biais de prêts d’infrastructure. Glantz a observé que la Chine s’est souvent comportée en solitaire (par exemple, le Groupe des 77 + 1, le Forum Chine-CELAC ou les 16 + 1 des PECO; dans chaque cas, la Chine est le +1). Pour la réussite de la BRI à long terme, la Chine doit sérieusement embrasser le multilatéralisme avec des actes et non des mots.

Et ensuite?

« One Belt One Road: China’s Long March Toward 2049 » cible le grand public. Il offre des informations très intéressantes sur l’initiative « Belt and Road » et peut présenter un intérêt et un intérêt pour ceux qui veulent être informés sur cette initiative chinoise. C’est un excellent support pour le grand public et en particulier pour les étudiants et lycéens, qui dirigeront prochainement les entreprises et administrations de demain.

Robert Jay Ross (Consortium for Capacity Building) et Gavin Goldstein Daugherty (Consortium for Capacity Building) ont également contribué à « One Belt One Road: China’s Long March Toward 2049 ».

En raison de l’importance et de l’influence globale de l’initiative « Belt and Road », Glantz a avoué que la BRI était devenue l’un de ses sujets de recherche préférés et qu’il passait un temps considérable à rester au courant du développement de l’initiative chinoise.

«One Belt One Road: China’s Long March Toward 2049» peut être commandé sur le site Web de l’éditeur et sur Amazon. Le livre sera disponible en russe, en vietnamien et en chinois d’ici la fin de l’année.

This image has an empty alt attribute; its file name is Glantz-obor-oboreurope-794x1024.jpg
One Belt One Road: China’s Long March Toward 2049, par M. Glantz
Étiqueté avec :                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*