This image has an empty alt attribute; its file name is greece-belt-road-oboreurope.jpg

Le président grec Prokopis Pavlopoulos vient d’achever une visite de cinq jours en Chine durant laquelle il a assisté à la Conférence sur le Dialogue des Civilisations Asiatiques qui s’est tenue à Beijing le 15 mai 2019. Cette conférence organisée par le ministère chinois de l’éducation et de l’UNESCO a réuni  plus de 1500 experts qui ont pu discuter de projets visant à renforcer les échanges culturels en Asie. Les participants ont aussi travaillé sur la question de la préservation du patrimoine des anciennes routes de la Soie. A cette occasion, le président grec a rappelé l’importance du dialogue entre les nations pour éviter les tensions.

Durant cette visite, le président grec a pu s’entretenir avec Xi Jinping et le premier ministre Li Keqiang, notamment sur le développement de la BRI. Il a rappelé l’attachement de la Grèce à l’Union Européenne, et qu’il considérait la Chine comme l’un des partenaires principaux de l’UE.

Prokopis Pavlopoulos  a aussi échangé avec des dirigeants de Huawei. Malgré les demandes américaines, Athènes comme de nombreuses capitales européennes ont décidé d’ouvrir leur projet  de développement de la 5G aux entreprises chinoises et notamment à Huawei. L’entreprise chinoise est déjà présente depuis une quinzaine d’année en Grèce et a participé au déploiement de la fibre dans le pays. Huawei est devenue une entreprise majeure pour la construction des nouvelles routes de la Soie, et participe à de nombreux projets, comme par exemple le déploiement du  câble de fibre optique PEACE reliant l’Afrique orientale au Pakistan.

En Europe, Huawei a décroché son premier contrat important en 2004 auprès de l’opérateur  hollandais Telfort ; depuis  l’entreprise chinoise a multiplié les opérations, et est devenue quasi indispensable pour les projets de hautes technologies en Europe.  Huawei maintient aussi des centres de recherche et développement en Europe, est ainsi un acteur majeur de l’innovation en Europe. Grâce à son programme « Seeds for the future », Huawei soutient l’innovation dans la plupart des états de l’UE  en accordant des bourses aux étudiants les plus talentueux.

Si les gouvernements européens continuent à vouloir attirer les GAFA sur leur sol, les géants chinois de nouvelles technologies  sont devenus des interlocuteurs privilégiés des états européens ; et les sanctions américaines à l’encontre de Huawei ne devraient pas changer cette tendance.

La visite du Président grec à Huawei
Étiqueté avec :                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*