Le premier ministre de Papouasie Nouvelle Guinée Peter O’Neill a rencontré le président chinois Xi Jinping lors d’une visite officielle à Beijing le 21 juin 2018.  Peter O’Neill a manifesté la volonté que son pays rejoigne l’initiative “Belt and Road” et de développer les échanges avec la Chine.

Cette visite fait suite à l’adhésion de la Papouasie Nouvelle Guinée à la BAII en mai 2018.

Une forte demande pour les infrastructures

Pour Peter O’Neill, accroître les relations entre son pays et la Chine est un enjeu crucial, et la construction de nouvelles infrastructures est une priorité pour la Papouasie Nouvelle Guinée. L’ensemble du pays ainsi que sa capitale Port Moresby font face à de fréquentes coupures d’électricité. Moins d’un quart de la population a accès à l’électricité. Selon un rapport de l’institut Lowy, la Papouasie Nouvelle Guinée est confrontée à un manque d’infrastructures global que ce soit dans les télécommunications, les transports, l’énergie, l’eau, et l’électricité. Cela a des conséquences sur la santé de ses habitants et l’économie du pays.

Des investissements réalisés dans le cadre de la BRI permettraient au pays de mieux appréhender les enjeux auxquels il fait face et de faciliter l’intégration des différentes communautés au sein même du pays grâce notamment au développement des transports entre Port-Moresby et les autres villes de Papouasie Nouvelle Guinée.

La Papouasie Nouvelle Guinée reste un état relativement pauvre dont l’économie est dominée par l’exploitation minière et forestière, elle est donc très dépendante des marchés mondiaux.

Une route de la Soie trans-Pacifique

Avec l’adhésion de la Papouasie à la BRI, on voit se dessiner une nouvelle route maritime dans l’Océan Pacifique qui pourrait créer des opportunités de développement pour les états de l’Océanie, dans la logistique, le tourisme, l’agroalimentaire, et les infrastructures.

Le développement des infrastructures en Papouasie Nouvelle Guinée pourrait permettre au pays d’accroitre ses échanges avec la Chine mais aussi avec le reste du monde.

Des défis multiples pour la Chine

Cependant, en Papouasie Nouvelle Guinée, la Chine devra faire face à de multiples défis.  Le premier est celui du développement durable. Le pays est confronté à une déforestation massive, qui menace l’équilibre environnemental de la région, et impacte aussi les communautés locales.

Le pays est recouvert à près de 70% de forêts, et selon un rapport de Chatham House, la majorité de la production de bois est d’une façon ou d’une autre illégale, due principalement à la mauvaise gestion des forêts. La Chine et la Papouasie Nouvelle Guinée devront travailler ensemble pour promouvoir une industrie plus respectueuse de l’environnement.

Les projets développés en Papouasie Nouvelle Guinée, avec l’aide de la Chine, devront respecter les différentes cultures du pays et favoriser l’équilibre entre les communautés.

Enfin, la Papouaise Nouvelle Guinée demeure un pays en développement, la Chine devra faire attention à ce que les projets qu’elle finance, à travers des prêts, ne menace pas les finances de Port-Moresby.

Beijing devra être attentif à ce que les projets auxquels la Chine participera ne mettront pas en danger le futur de la Papouasie.

La participation de la Papouasie Nouvelle Guinée à la BRI doit aussi intéresser les entreprises européennes dans la mesure où de nombreuses infrastructures y sont à construire.

 

 

La Papouasie Nouvelle Guinée sur les nouvelles routes de la Soie
Étiqueté avec :                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*