This image has an empty alt attribute; its file name is dunhuang-oboreurope-tourism.jpg

Le 30 juillet, s’est tenue l’inauguration de la 4e exposition culturelle internationale de la route de la soie de Dunhuang et du 9e festival international du tourisme de la route de la soie de Dunhuang au Gansu. L’exposition et le festival se termineront le 5 septembre. Il s’agit d’événements majeurs pour les secteurs de la culture et du tourisme.

L’exposition culturelle internationale de la Route de la soie a pour objectif de renforcer la coopération entre les pays participant au programme « Belt and Road » en matière de culture.

Le thème principal de la 4e exposition culturelle internationale de la Route de la soie était « La prospérité face à la pauvreté: Culture et tourisme pour une nouvelle vitalité de la Route de la soie » . Des centaines de participants de plus de 30 pays ont participé à l’exposition et au festival ; ils ont été attentifs aux discours d’experts de l’UNESCO, de l’Organisation mondiale du commerce et de l’Organisation mondiale du tourisme, et ont discuté des mécanismes possibles pour stimuler le tourisme et réduire la pauvreté en Asie et ailleurs.

L’essor du tourisme en Asie et, en particulier, l’essor du tourisme chinois à travers le monde pourraient créer des opportunités touristiques dans de nombreux sites asiatiques situés le long des anciennes routes de la soie.

Le tourisme au Gansu

Le Gansu a longtemps servi de carrefour entre la Chine et l’Asie centrale, le long des anciennes routes de la Soie. La province a pour objectif de faire renaître cette vocation et de mettre en valeur la richesse de son patrimoine grâce à l’initiative « Belt and Road ». La province du Gansu offre à la fois des paysages uniques à travers ses déserts et oasis comme le parc national de Mingshashan, mais aussi des sites culturels et historiques comme les grottes du mont Maji et les caves de Mogao (classées à l’UNESCO).

Ce patrimoine attire de plus en plus de visiteurs au Gansu. L’afflux touristique a permis à certaines régions les plus rurales du Gansu de connaître un nouveau dynamisme, comme dans la préfecture autonome tibétaine de Gannan au sud-ouest du Gansu ; la population locale a réussi à accéder à un meilleur niveau de vie, tout en conservant ses traditions. Les revenus du tourisme au Gansu au premier semestre 2019 ont progressé de près de 25%.

Le Gansu est parmi les provinces les plus pauvres de Chine, son PIB par habitant est le moins élevé du pays. Son environnement ne permet pas une agriculture optimale et son industrie a fortement souffert de la fermeture d’entreprises d’état dans les années 1990. Selon un document de la Banque mondiale, le Gansu est en train de développer le secteur des services et le tourisme fait partie de cette tendance. De 2010 à 2015, les revenus de l’industrie du tourisme ont plus que doublé.

L’exposition culturelle internationale de la 4e Route de la soie (Dunhuang) a pour thème «La prospérité face à la pauvreté» et le programme provincial du développement du Gansu pour la « Réduction de la pauvreté par le tourisme ». Celui-ci consiste en partie à promouvoir le tourisme rural en offrant des microcrédits aux communautés les plus pauvres. La province du Gansu a fixé des objectifs ambitieux pour réduire la pauvreté grâce au tourisme. Selon les autorités chinoises depuis la fin des années 1980 à 2018, 5,8 millions d’habitants ont été sortis de la pauvreté dans les zones rurales du Gansu. Mais le gouvernement du Gansu a conscience que la lutte contre la pauvreté doit se poursuivre et qu’il est nécessaire d’offrir un meilleur environnement aux populations locales et aux touristes.

La protection de l’environnement est un autre aspect du programme de développement promu par la province du Gansu. Dans cette région où l’eau est rare, des efforts supplémentaires doivent être déployés pour optimiser les ressources. Ce n’est pas un hasard si le président Xi Jiping a appelé à la poursuite des efforts en matière d’environnement lors de sa visite au Gansu ce mois-ci.

Le tourisme en Asie central

L’Asie centrale et le Gansu partagent des défis similaires en matière de tourisme, de nombreux pays d’Asie centrale proposant également aux visiteurs des sites liés patrimoine de la route de la soie. Certaines des expériences menées à Gansu peuvent être reproduites en Asie centrale pour ouvrir les régions les plus isolées aux visiteurs et réduire la pauvreté dans les zones rurales.

Les pays d’Asie centrale devraient bientôt introduire un nouveau visa commun de la route de la soie qui permettra aux visiteurs étrangers de se rendre dans la plupart des pays d’Asie centrale. Cela pourrait stimuler le tourisme en provenance de chinois dans cette région.

Mais pour accueillir de nouveaux visiteurs, les pays d’Asie centrale devront développer un large éventail d’hébergements et d’installations offrant aux visiteurs la meilleure expérience possible, et ils peuvent apprendre beaucoup de ce qui a été fait à Gansu.

Opportunités pour les entreprises européennes

Le tourisme rural est assez ancien en Europe et de nombreuses régions ont développé des projets locaux pour promouvoir le tourisme dans des endroits souffrant de la désindustrialisation. Il y a eu de fortes interactions entre les gouvernements locaux et les PMEs pour développer des projets de tourisme rural dont bénéficient les communautés locales

Le développement du tourisme inclusif à la fois dans le Gansu et en Asie centrale pourrait créer de nouvelles opportunités pour les entreprises européennes riches  d’une certaine expérience dans ce secteur

Espérons que davantage d’Européens participeront à la prochaine exposition culturelle internationale de la Route de la soie  de Dunhuang.

4e exposition culturelle internationale de la route de la soie de Dunhuang
Étiqueté avec :                                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*