wuhan 
oboreurope

L’équipe d’OBOReurope apporte son soutien à l’ensemble du peuple chinois dans la lutte contre le coronavirus, et exprime sa compassion aux familles touchées par ce virus.

Face à ce virus, le peuple chinois a gardé sa dignité et les médecins ont montré leur professionnalisme. La Chine fait preuve d’un engagement de tous les instants pour limiter la propagation du virus.

Plusieurs observateurs ont déclaré cependant que le coronavirus menaçait la réalisation de l’initiative chinoise des nouvelles routes de la Soie. Au contraire, la crise du coronavirus nous prouve que plus que jamais l’initiative « Belt and Road » doit être poursuivie.

Aujourd’hui, des états ont réduit l’accès des citoyens chinois à leur territoire pour limiter la propagation du virus. Au niveau économique, certaines chaînes de production ont aussi été impactées par la réduction des activités dans la province du Hubei. Mais, ces décisions, temporaires, ne remettent nullement en cause les principes de l’initiative « Belt and Road ».  

Un projet « multi-dimensionnel »

L’initiative « Belt and Road » ne se limite pas simplement à la construction de nouvelles infrastructures. Les transports ferroviaires, maritimes entre la Chine, l’Asie, l’Europe et l’Afrique constituent un axe structurant de la BRI, mais ils ne sont pas l’unique composante de ce programme. La BRI vise aussi à faciliter le commerce, à augmenter les échanges. Elle offre une forte dimension de recherche avec le lancement d’échanges universitaires, de programmes satellitaires afin que les états émergents aient aussi un meilleur accès à l’innovation pour faire face aux défis de demain.  Avec la BRI, les états travaillent à une harmonisation des normes et des standards afin de mieux contrôler la qualité des biens et services échangés.

Une route de la Soie de la santé

En 2018, le directeur général actuel de l’OMS, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus déclarait que la BRI peut redéfinir la santé au niveau mondial. La Chine a réalisé des progrès immenses dans le domaine de la santé et devrait continuer sur cette voie. En 2016, la Chine adoptait le plan « Healthy China 2030 » visant à réformer son système de santé et dont des mesures similaires pourraient être appliquées à d’autre pays.

D’autre part, en créant de nouvelles infrastructures, notamment dans le secteur de l’énergie, les populations les plus pauvres en Afrique et en Asie ont accès plus facilement aux services de la santé.

La BRI peut donc offrir une plateforme mondiale pour étudier les nouvelles menaces sur la santé et trouver des solutions en renforçant la coopération entre les labos chinois et étrangers.

Enfin, le développement de l’innovation le long des nouvelles routes de la Soie offrira un soutien aux labos et entreprises des nouvelles technologies opérant dans la santé, ce qui devrait accélérer le développement de solutions sanitaires.

La continuation de la BRI est donc un moyen d’éviter de nouvelles épidémies. Lorsque la crise du coronavirus aura totalement disparue, la Chine et ses partenaires devront continuer leurs programmes de coopération dans le cadre de la BRI. Le programme des nouvelles routes de la Soie peut être vu comme une solution aux épidémies futures.

Lutter contre le coronavirus, poursuivre la BRI
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*