Le 1er octobre 2017 a été organisé un référendum sur l’indépendance en Catalogne. La possible indépendance de cette région aurait un impact majeur sur la participation de l’Europe dans l’initiative “Belt and Road”.

Bien sûr, l’indépendance de la Catalogne pourrait créer de nouvelles opportunités pour les investissements chinois en Europe, notamment dans les secteurs du tourisme et des transports avec le port de Barcelone.

D’autre part, la Catalogne nouvellement indépendante aura besoin de se construire un réseau international et cherchera des appuis auprès des puissances étrangères. La Chine aurait alors une carte à jouer .

Dans les premiers temps qui suivront son indépendance, la Catalogne ne sera probablement pas automatiquement membre de l’Union Européenne. Il est probable que l’Espagne s’oppose à son adhésion.  La Catalogne pourrait choisir de ne pas appliquer les règles européennes en matière d’investissements (notamment relatives aux appels d’offre). La non application des règles communautaires permettrait alors aux entreprises chinoises d’investir relativement facilement dans une région majeure de la Méditerranée.

Mais, il n’est pas certain que la Chine s’intéresse à ce nouvel état. Sa reconnaissance par Beijing ne sera pas acquise. La Chine, qui fait face elle-même à certains mouvements séparatistes au sein de son territoire (Tibet, Hong Kong) a pour politique de ne pas soutenir les revendications indépendantistes  à l’étranger.

En cas de crise entre Madrid et Barcelone, Beijing privilégierait ses relations avec l’Espagne, pour protéger ses intérêts. En 2016, la Chine a investi près de 1,7 milliard d’euros en Espagne.

Même si elle devait être indépendante, la Catalogne mettrait plusieurs années à se constituer comme un état viable: par exemple, le pays serait confronté à des problèmes de frontières avec l’Espagne et à une certaine grogne à l’intérieur de ses frontières de la part des nombreux pro-Madrid. Ce manque de stabilité pourrait décourager l’ensemble des investisseurs étrangers.

L’indépendance de la Catalogne poserait aussi de nombreux défis aux relations sino-européennes.  La nouvelle Catalogne aurait certainement comme objectif d’intégrer l’Union Européenne. De longues négociations devraient être menées entre Bruxelles et Barcelone. Face aux difficultés déjà présentes dans le dossier du Brexit, l’Europe serait encore plus fragilisée. Ce nouvel épisode risquerait de ralentir un éventuels accord de libre-échange  ou les partenariats de la nouvelle route de la Soie avec la Chine.

Enfin, la Chine pourrait se détourner du continent européen en raison des possibles conséquences de l’indépendance de la Catalogne sur les autres régions européennes. La multiplication des séparatismes en Europe pourrait amener la Chine à ne plus considérer l’Europe comme un partenaire viable.

La Catalogne et l’initiative Belt and Road
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*