Après le Panama, le Chili ou l’Equateur, c’est au tour du Pérou d’intégrer les réseaux de la BRI.

This image has an empty alt attribute; its file name is chancay-oboreurope.jpg

L’entreprise chinoise COSCO leader dans la gestion de terminaux portuaires, a fait l’acquisition  du terminal de Chancay   (60% de son capital) au nord de Lima.

Il s’agit de la première opération en Amérique Latine pour COSCO déjà présent notamment en Europe à travers le port du Pirée.

De nouveaux investissements chinois dans les infrastructures péruviennes pourraient voir le jour rapidement à mesure que le Pérou et la Bolivie développent leurs liaisons ferroviaires. Les ports péruviens permettraient ainsi d’exporter les productions de minerais de la Bolivie vers la Chine.

La Chine et le Pérou négocient aussi de nouveaux accords commerciaux. En2010, les deux pays avaient signé un accord de libre-échange, une nouvelle version plus avancée de cet accord devrait être appliquée en 2020, avant la fin du mandat du président péruvien Martin Vizcarra. Ce prochain accord pourrait permettre de faciliter les investissements chinois au Pérou.

La Chine est devenue dès 2011, le premier partenaire économique du Pérou devant les Etats-Unis grâce à leurs importations de minerais. En juin 2018, le géant minier chinois Chinalco commençait les travaux d’expansion de la mine de cuivre de Toromocho, propriété du groupe depuis 2007.

Le gouvernement péruvien a rejeté les mises en garde américaine concernant l’initiative « Belt and Road » et considère la Chine comme un « bon partenaire commercial ».

L’objectif du Pérou est aujourd’hui de diversifier ses exportations vers la Chine dans des secteurs autres que le minerai, et notamment dans l’agriculture en développement le commerce du café et d l’alpaga vers le marché chinois.

La BRI en Amérique Latine: COSCO investit à Chancay
Étiqueté avec :                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*