Le 17 novembre 2017, la gare de Dourges dans le nord de la France a accueilli le premier train de marchandises ne  contenant que des produits de la marque Décathlon importés de Chine.

Ce train, parti le 28 octobre de la ville de Wuhan dans la province du Hubei, a donc mis moins de vingt jours pour parcourir plus de 10000 kilomètres.

L’entreprise Décathlon, leader du sport en France, a choisi de développer le transport par le rail pour ses échanges entre l’Europe et la Chine.  En utilisant les nouvelles routes de la soie, Décathlon ne fait pas que réduire le temps de livraison depuis ses fournisseurs chinois, il participe aussi à la protection de l’environnement ; le transport ferroviaire émet près de 30% de dioxyde de carbone de moins que le transport maritime.

Décathlon devrait accroître ce mode de transport dans les prochains mois, avec un train par mois à partir de 2018 et un train par semaine en 2019.

En choisissant de participer aux nouvelles routes de la Soie, Décathlon ouvre la voie aux autres entreprises européennes qui désireraient utiliser le transport ferroviaire. Si actuellement l’ensemble des échanges entre l’Europe et la Chine ne peut être réalisé entièrement par le train, la demande des entreprises devrait  encourager les états de l’initiative “Belt and Road” à développer leurs infrastructures  et rassurer les investisseurs quant à la viabilité de ces projets.

La prochaine étape sera de développer aussi les exportations européennes en Chine grâce au transport ferroviaire.

Décathlon et les nouvelles routes de la Soie
Étiqueté avec :                

Un avis sur « Décathlon et les nouvelles routes de la Soie »

  • 07/12/2018 à 10:48
    Permalien

    A quand des voyageurs sur ces convois ?
    Arrets prevus en route
    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*