En 2018, près de 450 milliards de RMB devraient être investis dans la région autonome du Xinjiang.

Les projets concernés par ce plan d’investissements se concentrent principalement sur l’expansion de l’aéroport d’Urumqi, la capitale provinciale, et la modernisation des réseaux ferrés et routiers de la province.

D’autres projets concernent le réseau électrique et la gestion de l’eau au Xinjiang.

Ces nouveaux  investissements témoignent de la volonté de la Chine de faire du Xinjiang un hub important vers l’Asie centrale et le Pakistan.

La province du Xinjiang est au centre de l’initiative “Belt and Road”. Au lancement de cette politique en 2013, le Xinjiang et le Fujian ont été désignés comme provinces clefs de la BRI. C’est au Xinjiang et plus précisément dans la ville de Kashgar, à l’extrême ouest de  la province que commence le corridor économique Chine-Pakistan. La province du Xinjiang est aussi un espace frontière ouvert et connecté à ses voisins d’Asie centrale tels que le Kazakhstan.

En construisant de nouvelles infrastructures de transport au Xinjiang, la Chine espère booster ses échanges avec ses voisins occidentaux. Cette modernisation pourrait aussi réduire le temps de transport par voies ferrées entre l’Europe et la Chine.

La Chine espère donc ouvrir économiquement ces provinces de l’Ouest après avoir réussi à développer son littoral. Le déséquilibre économique entre les deux régions est un problème majeur pour la Chine. Le développement des nouvelles routes de la Soie pourrait permettre de réduire ce déséquilibre.

Il est temps pour les entreprises européennes de s’intéresser au Xinjiang et aux possibilités créées par ses nouvelles infrastructures.

Priorité aux investissements au Xinjiang pour 2018
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*