This image has an empty alt attribute; its file name is cinema-belt-road-oboeurope.jpg

A la 76e édition du festival de la Mostra de Venise qui s’est achevé le 7 septembre 2019, ont été présentés quelques films chinois dont le film d’animation « No.7 Cherry Lane » (继园台七号), « Saturday Fiction » (蘭心大劇院)  et « Balloon ».

Ces dernières années sont apparus de nouveaux festivals de cinéma dédiés aux nouvelles routes de la Soie. On peut ainsi noter le « Silk Road International Film Festival » de Dublin lancé en 2012, mais aussi le « Silk Road International Film Festival » de Fuzhou et Xian.

Le « Shanghai International Film Festival » organise aussi une semaine dédiée aux films de la « Belt and Road », et en 2018 ce festival a inauguré une alliance des festivals de cinéma des routes de la Soie. Cette alliance réunie une trentaine de festivals et l’objectif est faire connaître les films chinois et étrangers dans différents pays de la BRI.

Pour les films étrangers, ces festivals permettent d’espérer de se voir distribuer en Chine, le second marché mondial après les Etats-Unis.

Les festivals dédiés aux routes de la Soie sont aussi des lieux d’échange entre artistes et professionnels du secteur, et favorisent des créations communes et des co-productions.

L’un des problèmes majeurs auquel font face les artistes dans certains pays de la BRI est le manque de financement local. Grâce à ces évènements, de futurs mécanismes pourraient être mis en place pour soutenir la production cinématographique dans les états émergents de la BRI.

Ces festivals sont aussi un moyen parmi d’autres pour exporter la production cinématographique  très dynamique des films chinois. S’ils dominent le marché local, les films chinois sont encore peu exportés dans les autres régions. Cependant, on assite à un développement de leur présence à l’étranger. Nezha, un film d’animation chinois qui a rencontré un grand succès en Chine, est depuis septembre disponible sur les écrans de certains pays anglophones.

A l’étranger, les grands entreprises chinoises du secteur cinématographique sont de plus en plus actives dans la production hollywoodienne.  Ainsi après avoir produit « Men in Black : International » en 2019, le groupe chinois Tencent pictures doit sortir Top Gun Maverick en 2020.

La BRI pourrait permettre aussi aux grands groupes chinois d’accroître leurs investissements dans les autres états participants à la BRI et ainsi permettre aux spectateurs d’explorer de nouvelles cultures.

Un autre secteur de coopération entre les états de la BRI est celui des séries télé et des plateformes de streaming. La Chine est aujourd’hui l’un des principaux producteurs de séries télévisées au monde, mais sa production est encore peu disponible à l’étranger, et notamment en Europe, bien que cela soit en train de changer, selon des professionnels du secteur.

Pour développer ces échanges culturels, la création de plateforme communes est une solution. Si aux Etats-Unis et en Europe, le leader Netflix est de plus en plus concurrencé par Apple TV, Disney TV et autres, la Chine a elle-aussi ses plateformes comme Iqiyi ; mais leur contenu n’est que difficilement accessible hors de Chine.  Cela est du à de multiples facteurs, notamment culturels, mais aussi des obstacles liés à la propriété intellectuelle. Cependant en raison de la demande toujours croissante pour de nouveaux divertissements, nous pouvons imaginer prochainement l’essor des échanges cinématographiques et artistiques le long des nouvelles routes de la Soie.

Les routes de la Soie et le cinéma en Europe
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*