This image has an empty alt attribute; its file name is san-marino-oboreurope-belt-road.jpg

En aout 2019, les dirigeants de la République de Saint Marin, Nicola Selva et Michele Muratori, les « capitaines régents », ont annoncé lors de la visite de l’ambassadeur de Chine en Italie et Saint Marin, le souhait pour Saint Marin de rejoindre les nouvelles routes de la Soie.

Depuis plusieurs années, la république de Saint Marin renforce ses relations avec la Chine, et espère notamment attirer plus de touristes chinois grâce à son patrimoine et son histoire, c’est la plus ancienne république au monde. Ainsi, les visiteurs chinois n’ont pas besoin de visa pour visiter Saint Marin, cette mesure est symbolique puisque ces visiteurs doivent tout de même posséder un visa Schengen pour venir en Italie avant de se déplacer à Saint Marin. Cependant, Saint Marin espère beaucoup d’un développement de l’aéroport de Rimini (Federico Fellini), l’aéroport italien le plus proche de la république, qui en 2017 avait reçu la certification « Quality Service Certification » des autorités chinoises qui permet de mieux promouvoir cette destination auprès des touristes chinois. Il existe par ailleurs un projet de modernisation des voies ferrées reliant Rimini à Saint Marin.

Un autre objectif pour Saint Marin est, comme pour la Suisse ou le Luxembourg de permettre à son secteur financier de participer au financement de projets de la BRI, peut-être avec des « obligations panda ». En 2012, Saint Marin et la Chine signaient un accord relatif aux échanges d’informations fiscales entre les deux pays qui permettait ainsi d’établir une plus grande confiance entre les deux états.

Enfin, en rejoignant la BRI, Saint Marin a pour ambition d’accélérer son programme « San Marino Innovation ». Ce programme consiste à transformer la république en accueillant start-ups et en développant la technologie blockchain. Saint Marin et Monaco sont parmi les premiers territoires européens à être couvert par la 5G.   Le mois dernier, l’entreprise chinoise ZTE a ainsi ouvert une filiale spécifique à Saint Marin ; on peut donc supposer une plus grande participation de ZTE dans les projets innovants à Saint Marin.

Un possible partenariat de Saint Marin dans la BRI témoignerait de la volonté chinoise d’enraciner son projet, au niveau local en Europe.

Les actions de partenariats entre la Chine et Saint Marin ne peuvent être envisagées que dans une perspective intégrant l’Italie. Saint Marin dépend entièrement de son voisin italien pour ses transports et ses importations, et donc un partenariat Saint Marin-Chine devrait aussi être élargi aux régions de l’Emilie-Romagne et des Marches. Cela passe par une plus grande coopération décentralisée entre les régions italiennes et les provinces chinoises.

Saint Marin prêt à rejoindre la BRI
Étiqueté avec :                            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*