This image has an empty alt attribute; its file name is macron-oboreurope-china-2019.jpg

Comme Angela Merkel, le président français a décidé de se rendre chaque année en Chine pour y défendre les intérêts français et renforcer la coopération franco-chinoise. Pour sa deuxième visite en Chine du 4 au 6 novembre 2019, Emmanuel Macron a été invité à l’ouverture de la foire aux importations de Shanghai ; le président français en compagnie de Xi Jinping, a aussi inauguré le nouveau Centre Pompidou de Shanghai.

Cette visite a été l’occasion pour la Chine et la France de rappeler leur position commune sur la lutte contre le protectionnisme. Le président français a encouragé Beijing à continuer les réformes pour que les entreprises européennes continuent leurs investissements dans le pays.

Des accords commerciaux

Concernant le secteur agricole, en plus de l’accord sur les indications géographiques, la Chine a accordé à la France de nouveaux agréments à l’exportation pour des entreprises de l’industrie agroalimentaire.

Des accords ont aussi été conclus dans le secteur de l’aviation, de l’aérospatial, de l’hôtellerie et de la finance.

Les entreprises françaises de l’énergie comme Suez et Engie vont coopérer avec des partenaires chinois pour développer des solutions propres.

La France n’a toujours pas annoncé rejoindre le programme des nouvelles routes de la Soie, mais comme l’Allemagne, préfère développer une réponse et coopération au niveau européen à cette question. Cette coordination entre états européens est nécessaire pour créer un véritable partenariat avec la Chine et ainsi soutenir ensemble la lutte contre le protectionnisme et les autres défis mondiaux tels que la lutte contre le réchauffement climatique.

D’ici la prochaine rencontre franco-chinoise, ls présidents français et chinois devront réfléchir aussi à de nouveaux mécanismes pour mieux accompagner les PMEs dans leur implantation dans les deux régions, pour que les échanges franco-chinois ne soient pas limités aux multinationales et ainsi que chaque entreprise voit l’accroissement des échanges entre l’Europe et la Chine comme une opportunité.

Des obligations en euros

La visite du président Macron intervient dans un contexte de rapprochement entre la Chine et l’Union Européenne. Alors que persiste la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, Beijing manifeste sa volonté de rééquilibrer ses échanges en faveur de l’Europe, en témoigne émettant des obligations en euros début novembre 2019. C’est la première fois depuis quinze ans que la Chine vend ce type d’obligations, et ce pour un montant de 4 milliards d’euros. Selon le Wall Street Journal, cette décision pourrait encourager les entreprises chinoises à faire de même et ainsi réduite leur dépendance au dollar.

Ainsi, contrairement à certaines idées reçues, la Chine espère une Europe plus forte.

Macron, l’Europe et la Chine : vers une relation renforcée ?
Étiqueté avec :                                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*