This image has an empty alt attribute; its file name is wine-indications-europe-china-oboreurope.jpg

Alors que le président français entamait une visite officielle à Beijing, Phil Hogan, le commissaire européen à l’agriculture et au développement rural annonçait la fin des négociations pour la préparation de l’accord bilatéral sino-européen sur les indications protégées. Cet accord qui doit encore être approuvé par le parlement européen et le conseil européen, devrait entrer en vigueur avant la fin de l’année 2020. Ce nouvel accord devrait protéger 100 produits européens et 100 produits chinois. Il fait suite à un premier round d’accord entamé en 2006 et qui avait aboutit à la protection de 10 indications géographiques européennes et chinoises en 2012.

175 produits européens et 175 produits chinois devraient rejoindre cette nouvelle liste en 2024.

De nouvelles perspectives

Cet accord marque une étape importante dans les relations commerciales sino-européennes, et annonce une volonté d’intensifier les échanges entre les deux régions.

Du côté européen, de nombreuses PMEs ont longtemps été inquiètes concernant la protection de leurs produits en Chine et de possibles contrefaçons qui impacteraient la réputation de leurs produits. Cet accord devrait donc encourager les producteurs européens à poursuivre leurs échanges avec la Chine avec plus de sérénité.

La protection des indications géographiques illustre aussi la curiosité grandissante des consommateurs européens et chinois concernant les produits du terroir.  Dans le cadre de l’évènement « Silkologies Initiative » organisé les 4 et 5 novembre 2019 à Paris, a été projeté le documentaire « Château Pékin » de Boris Pétric. Dans ce film, on constate que les consommateurs chinois s’intéressent de plus en plus aux différents vins français, et plus seulement aux seuls Bordeaux.  La liste des IGP protégés par ce nouvel accord comprend de nombreux vins européens. En protégeant ses appellations, le marché chinois devrait s’ouvrir encore plus largement aux produits européens, et pourrait permettre de créer de nouvelles perspectives pour le secteur agricole européen qui connait une certaine crise. De même il ne faut négliger l’importance de la protection données aux appellations chinoises.  Les Européens s’intéressent aussi aux produits chinois. Pendant trop longtemps, les produits chinois ont été considérés en Europe comme des produits de mauvaise qualité, notamment les produits alimentaires. La protection d’appellations contrôlées chinoises devrait faire connaître aux consommateurs européens de nouveaux produits de qualité. De même que les Chinois découvrent le vin, les Européens vont pouvoir mieux connaitre les subtilités des différents thés chinois, mais aussi des baies de Goji de Jinghe (精河枸杞) et de Chaidamu (柴达木枸杞).

La reconnaissance des appellations par la Chine et l’Union Européenne va pouvoir donner plus de visibilité aux territoires, principalement ruraux, des deux régions. Elle devrait aussi permettre, particulièrement en Europe, de réduire les craintes des agriculteurs face au commerce international.

Enfin, on peut imaginer aussi qu’une meilleure connaissance des produits chinois et européens encourage les touristes des deux régions à faire la découverte des terroirs locaux. Ainsi, la protection des appellations géographiques pourrait permettre le développement d’un tourisme plus rural et plus authentique qui bénéficierait à des régions encore peu visitées.

Les prochaines actions à mener

Cette reconnaissance des appellations géographiques est une étape majeure pour le développement du commerce entre la Chine et l’Union Européenne. On ne peut que souhaiter que des accords similaires soient conclues avec l’ensemble des états de la BRI, pour mettre en valeur les richesses de touts les régions traversées par les nouvelles routes de la Soie.

Il est aussi nécessaire de mieux coordonner les actions des producteurs des produits bénéficiant des appellations géographiques, et notamment des petites entreprises pour qu’elles profitent elles-aussi de cet accord. Cela signifie la création d’actions spécifiques pour faire connaître leurs produits grâce à une meilleure coordination avec les pouvoirs publics.   

Il s’agit aussi dans els deux régions de réfléchir à de nouveaux moyens pour préserver les cultures locales qui peuvent devenir des atouts dans les échanges internationaux.

Les listes des produits concernés par cet accord sont disponibles en ligne : produits européens, produits chinois.

L’Accord sino-européen sur les indications géographiques : une grande avancée
Étiqueté avec :                                    

2 avis sur « L’Accord sino-européen sur les indications géographiques : une grande avancée »

  • 19/11/2019 à 20:44
    Permalien

    中国法国都是农业大国,开展交流合作有很大的空间。

    Répondre
    • 19/11/2019 à 21:46
      Permalien

      您说得对。中法两国必须继续交流。

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*