Pour assurer le succès de l’OBOR, la Chine mise sur l’éducation.  Le programme “One Belt, One Road, n’a pas seulement pour objectif de renforcer les échanges entre la Chine et le reste du monde, mais surtout d’assurer le développement du continent asiatique.  Par conséquent, l’éducation forme un aspect important de ce projet.

En 2015, la Chine a lancé l’alliance des université de la route de la Soie qui réunit plus de 130 instituts universitaires sur les cinq continents  et qui est coordonnée par l’université chinoise de Xian Jiaotong. Cette alliance a pour but de développer la coopération entre ses membres et promouvoir l’initiative “Belt and Road” dans l’enseignement supérieur.

Dans un récent article paru dans le South China Morning Post,  Alexey Kalinin, directeur de l’école de management moscovite Skolkovo  insiste sur l’importance que doit être donnée à l’éducation  notamment en Asie centrale, une région qui n’a pas fini sa transition depuis son indépendance à la chute de l’URSS. L’initiative Belt and Road pourrait permettre à ces états de renforcer leurs institutions, mais pour cela, il est nécessaire de développer des programmes de coopération dans le domaine de l’éducation pour améliorer le degré de qualification de la main d’œuvre locale .

Pour cela, SKOLKOVO et l’université de science et de technologie de Hong Kong (HKUST) ont développé un programme commun qui cible les populations d’Asie centrale,

D’autres institutions universitaires commencent à s’intéresser à l’initiative “Belt and Road”. Plusieurs universités chinoises ont ouvert des campus à l’étranger, c’est le cas de l’université de Xiamen présente en Malaisie et l’université de Soochow qui a ouvert une antenne au Laos depuis 2011.

Ces projets, en plus de renforcer l’offre éducative dans certains pays en développement, permet à la Chine d’exporter son expertise et de renforcer son “soft power”.

Pour ne pas passer à côté des opportunités offertes par l’initiative “Belt and Road”, les universités européennes doivent elles aussi offrir des programmes en relation avec les nouvelles routes de la Soie pour premièrement former les étudiants européens à cette initiative, mais aussi pour offrir leur propre expertise aux étudiants asiatiques concernés par l’OBOR.

 

L’éducation une priorité de l’initiative “Belt and Road”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*