Le  10 avril 2017,  l’Académie Chinoise de Sciences sociales (CASS) l’agence de notation « China Bond rating » ont dévoilé lors d’une conférence de presse, les résultats de leur rapport sur l’initiative « Belt and Road ».

Selon leurs résultats, la Chine a investit plus de 50 milliards de dollars dans les états de l’OBOR depuis son lancement en 2013. Ces investissements sont concentrés principalement dans les secteurs des transports et de l’énergie.  Le rapport note que ces projets sont à l’origine de plusieurs dizaine de milliers d’emplois dans les états de l’OBOR ; leurs auteurs encouragent les investisseurs chinois et étrangers à poursuivre leurs projets liés à l’OBOR.

Cependant, les experts de la CASS relèvent plusieurs obstacles à l’initiative « Belt and Road »

Contexte géopolitique

Tout d’abord, le développement de l’OBOR est particulièrement influencé par le contexte géopolitique.

Des troubles liés au terrorisme pourrait fortement impacté les projets de l’OBOR. Ainsi par exemple, au Pakistan, l’un des états clefs de l’OBOR avec le projet CPEC, des groupes terroristes et des mouvements indépendantistes du Baloutchistan sont des menaces pour les activités de l’OBOR.

Sur la route maritime de la Soie, l’aggravation des tensions en mer de Chine méridionale pourrait menacer la participation des états de la région à cette initiative.

Bonne gouvernance

La réalisation des investissements de l’OBOR dépend aussi de l’application de bonnes pratiques de gouvernance dans les états traversés par les infrastructures de l’OBOR. L’ensemble des états doivent améliorer l’accueil des investisseurs en modernisant et renforçant la protection juridique offerte aux entreprises chinoises et étrangères.

Protectionnisme

Enfin, les experts de la CASS soulignent que les tendances protectionnistes aux Etats-Unis et en Europe pourraient aussi se développer dans d’autres parties du monde et fragiliser l’ensemble du projet OBOR. La création de barrières au libre échange retarderait la réalisation des nouvelles routes de la Soie.

Quelles perspectives pour les entreprises européennes ?

Malgré certains obstacles, la réalisation de l’OBOR reste un objectif majeur pour le pouvoir chinois. Si les risques sont bien identifiés, les projets liés à l’OBOR restent des opportunités pour les entreprises chinoises et européennes. Les institutions chinoises savent que la solution principale pour renforcer les nouvelles routes de la Soie est d’ouvrir au maximum ces projets et d’y associer le plus grand nombre de pays.

La CASS a aussi annoncé le 17 avril 2007 qu’elle ouvrira un département  spécifique consacré à l’étude de l’OBOR.

Quels risques pour l’OBOR?
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*