Le corridor économique Chine-Asie du Sud-Est est une composante importante de la BRI, il permettra de relier la province du Yunnan à Singapour.

Les états d’Asie de l’ANSEA considèrent aujourd’hui la Chine comme la principale puissance régionale alors que les Etats-Unis  voient leur influence diminuer. Plusieurs projets liés à la BRI sont en développement dans l’ANSEA. Si certains connaissent des retards comme en Malaisie, d’autres progressent rapidement, c’est le cas de la nouvelle ligne Chine-Laos.

La Chine et l’ANSEA travaillent ensemble pour faciliter les échanges entre les deux régions, à travers de nouvelles infrastructures mais aussi en développant de nouvelles routes digitales. Ainsi, en Thaïlande, dans les régions de l’Est, le groupe chinois Ali Baba apporte son soutien à la construction d’un « smart digital hub »  pour développer des solutions numériques dans l’ANSEA.  Ce projet répond à la fois à l’enjeu du renforcement de la BRI, mais aussi à celui de la stratégie « Thailand 4.0 » qui vise à développer l’innovation dans ce pays.

L’initiative « Belt and Road » semble donner un nouveau souffle aux projets de connexion en Asie du Sud-Est. En 2016, les dirigeants de l’ANSEA avaient adopté le nouveau plan directeur de connectivité de l’ANSEA. Celui vise à mettre en place les mécanismes permettant le développement d’infrastructures durables, le renforcement de l’innovation numérique, la fluidité des services logistiques, la création de nouvelles normes et la mobilité des personnes. La BRI partage les mêmes objectifs.

Un autre programme développé par l’ANSEA est celui de la  « fenêtre unique » (ASEAN single window) qui consiste à développer les échanges électroniques entre membres de l’ANSEA pour les documents liés aux exportations. Lancé en 2018, ce programme est utilisé par cinq états (l’Indonésie, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam). Bangkok qui préside l’ANSEA a pour objectif que les 5 autres membres de l’association régionale (Brunei, le Cambodge, le Laos, Myanmar et les Philippines) rejoignent l’initiative pour la fin de l’année.

D’autre part, en 2018, a été reconstruite, grâce à un financement de la banque asiatique de développement, une ligne ferroviaire reliant la Thaïlande au Cambodge ; celle-ci devrait être opérationnelle au printemps 2019. L’ancienne ligne avait été détruite en 1973. Les échanges vont pouvoir s’intensifier entre ces deux voisins.   

En Asie du Sud-Est, l’initiative « Belt and Road » loin d’être en concurrence avec les programmes locaux, permet d’accélérer le processus d’intégration au sein de l’ANSEA. 

BRI et ANSEA : renforcer la connectivité en Asie du Sud-Est
Étiqueté avec :                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*