La ville de Trieste en Italie ambitionne de devenir à nouveau un carrefour maritime majeur en Europe. Le 26 mars 2018, un article paru dans le journal “La Repubblica” qualifiait Trieste de terminus de la nouvelle route de la Soie.

Ce port au nord-est de l’Italie est en train de connaitre une profonde transformation.

Le port de Trieste pourrait devenir une alternative au port de Venise et renouer  avec son rôle de plateforme d’échanges. C’est au début du 18e siècle que Trieste devient un port majeur en Méditerranée lorsque l’empereur autrichien Charles VI fait de la ville un port franc. Trieste deviendra ainsi la principale porte d’entrée maritime de l’Autriche-Hongrie.  Dans la seconde moitié du 20e siècle et selon le traité de Paris de 1947, Trieste conservera son statut de port franc. Mais la guerre froide limitera son développement.

Le port de Trieste connait une forte croissance de son trafic de containers  en 2017 (plus de 20% de TEU).  Des entreprises chinoises s’intéressent depuis plusieurs années au port de Trieste et à sa position stratégique vers les marchés d’Europe centrale et l’Allemagne.  Mais ils ne sont pas les seuls, des Russes, des Américains sont aussi prêts à investir à Trieste.

Ce dynamisme est du en partie au maire de Trieste Roberto Dipiazza, en poste depuis 2016, qui multiplie les initiatives pour attirer les investisseurs et “dépoussiérer” sa ville, mais aussi aux nouvelles autorités du port qui ont appliqué une gestion plus efficace et mis fin aux mauvaises pratiques du passé.

Le projet des nouvelles routes de la Soie entretient le nouveau dynamisme de Trieste qui a tous les atouts en main pour redevenir une des principales places maritimes en Europe.

Pour Trieste et le nord-est de l’Italie, la BRI n’est pas vue comme une menace, mais une opportunité pour faire renaitre la grandeur passée de cette ville.

De manière générale, les opportunités d’échanges créées par la BRI devraient être mieux prises en compte dans les politiques locales de développement que ce soit en Europe ou dans les autres régions du monde. Les nouvelles routes de la Soie peuvent participer au réveil de certains territoires.

 

La BRI et le réveil de Trieste
Étiqueté avec :                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*