This image has an empty alt attribute; its file name is gwadar-oboreurope-belt-road.jpg

Le développement  du CECP (Corrior Economique Chine Pakistan) est un facteur de stabilité régionale et est soutenu par l’ensemble des états de la région y compris l’Iran. Le 21 avril 2019, le premier ministre pakistanais Imran Khan s’est rendu en Iran pour une visite historique durant laquelle il a pu discuter avec le président Hassan Rouhani. Dans leur déclaration commune, les deux leaders se sont engagés soutenir les projets régionaux de connectivité régionale, et notamment l’initiative « Belt and Road » et le CECP.

L’Iran, qui doit faire face à des difficultés économiques en raison des sanctions américaines, cherche de nouveaux appuis, et espère renforcer ses échanges avec son voisin pakistanais.  L’Iran qui a déjà manifesté son souhait de participer à la BRI, voit dans le CECP un moyen de mieux s’intégrer aux échanges internationaux.

Un soutien iranien au développement du port de Gwadar pourrait aussi bénéficier au port iranien de Chabahar, construit grâce à une coopération avec New Dehli. Longtemps considéré comme des ports concurrents, une coopération entre l’Iran et le Pakistan pourrait rendre ces deux ports complémentaires.

D’autre part, l’Iran attend beaucoup des projets d’infrastructures de transport et d’énergie développés dans le cadre du CECP, et auxquels ses régions orientales pourraient se connecter. A la suite de sa visite en Iran, Imran Khan a annoncé que le Pakistan devrait accélérer la construction du gazoduc « Peace » et ainsi importer du gaz naturel iranien. Ce projet, dont les premières discussions ont commencé il y a plus de vingt ans, a été régulièrement retardé pour des raisons diplomatiques.

Bien sûr, une participation iranienne au CECP pourrait menacer les investissements de l’Arabie saoudite au Pakistan ; Riyad est, à ce jour, le second investisseur dans le CECP après la Chine. Mais, une coopération plus forte entre Téhéran et Islamabad permettra de sécuriser la région du Baloutchistan, une région clef du CECP. En février 2019, la région iranienne  Sistan-Baloutchistan est la cible d’un attentat. En avril 2019, une bombe éclate sur un marché de Quetta, capitale du Baloutchistan, au Pakistan. Lors de cette visite à Téhéran, les deux leaders ont convenu de créer une force conjointe de lutte antiterroriste.

En accueillant des investissements saoudiens et en étant relié aux infrastructures iraniennes, le CECP pourrait devenir un projet de coopération régionale majeure. Pour le Pakistan, c’est une opportunité de faire de Gwadar un réel hub commercial pour toute la région. Pour la Chine, c’est aussi un moyen de prouver  les bienfaits de la BRI. 

De nouveaux liens entre le CECP et l’Iran
Étiqueté avec :                                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*