This image has an empty alt attribute; its file name is oboreurope-bamako-mali-belt-road-kelson.jpg

Le 25 juillet 2019, s’est tenue à Bamako, la cérémonie d’adhésion du Mali à l’initiative « Belt and Road » en présence du ministre des affaires étrangères Tiébilé Dramé et de l’ambassadeur chinois Zhu Liying, à l’occasion de la « Rentrée Economique ».

La Chine est déjà l’un des principaux partenaires économiques du Mali qui exporte des matières premières. Pour le Mali, la BRI est une opportunité pour attirer des investissements dans d’autres activités et pour développer ses infrastructures. De nouvelles infrastructures sont ainsi nécessaires pour mieux connecter l’ensemble de son territoire, au deux-tiers recouvert par le désert et pour faire face à une explosion démographique. En 2017, la population malienne atteignait près de 18,5 millions d’habitants alors qu’elle ne s’élevait qu’à 10 millions en 1997.  Le pays doit aménager de nouvelles villes et de nouveaux réseaux (eaux, électricité). 

Une plus grande coopération régionale

Pour le Mali, pays enclavé, la participation à la BRI ne peut pas être envisagée simplement dans le cadre de relations bilatérales avec la Chine. Le Mali devra travailler avec ses voisins pour développer de  nouveaux instruments régionaux que ce soit dans les transports ou le commerce.

La Zone de Libre-Echange Continentale Africaine, bientôt mise en œuvre devrait renforcer les échanges en Afrique ; cette initiative est soutenue par la Chine.

La lutte anti-terrorisme

D’autre part, le développement du Mali, ainsi que celui de ses voisins est en grande partie conditionné par la question sécuritaire. Le pays a souffert d’un important conflit armé contre les terroristes islamistes de 2012 à 2013.  Depuis l’ordre est revenu grâce notamment aux efforts de la communauté internationale, mais des tensions persistent.

La Chine s’est engagée pour le retour de la paix au Mali notamment à travers l’envoi de casques bleus. En mai 2019, 413 militaires chinois ont été envoyés au Mali dans le cadre de la  Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

La Chine soutient la force G5 Sahel pour ramener la paix au Mali et dans les pays voisins, et en avril 2019, le pays, à travers la voix de son ambassadeur à l’ONU, a appelé la communauté internationale à accentuer ses efforts dans ce but.

La sécurité est une question prioritaire, car elle est nécessaire à l’ensemble des projets d’investissements au Mali.

Le Mali rejoint officiellement la BRI
Étiqueté avec :                            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*