Après le Chili, l’Equateur a lui aussi rejoint les nouvelles routes de la Soie. Les états d’Amérique latine semblent de plus en plus ouverts à un partenariat durable avec Beijing.

Le 11 décembre 2018, le président équatorien Lenin Moreno est arrivé à Beijing pour une visite officielle de trois jours, durant laquelle il a rencontré le président chinois Xi Jinping et son premier ministre Li Keqiang.

Lors de cette visite, l’Equateur et la Chine ont signé un mémorandum d’entente pour faire progresser l’initiative « Belt and Road ». Les deux pays ont signé près de 15 accords lors de cette visite, dans de nombreux domaines  dont l’éducation, les sciences et les transferts technologiques. Il sera aussi plus facile de voyager dans les deux états grâce à de nouvelles exemptions de visas. L’Equateur espère ainsi attirer plus de touristes  et aussi de nouveaux investisseurs. Trois bureaux de promotion de l’Equateur devraient bientôt ouvrir leurs portes à Beijing, Shanghai et Guangzhou.

Les Etats-Unis restent le premier partenaire économique de l’Equateur, mais Quito cherche à diversifier ses échanges  et à renforcer son commerce avec la Chine.  L’Equateur, membre de l’OPEC, exporte la majeure partie de sa production de pétrole vers la Chine. Quito et Beijing ont signé en 2009 un accord permettant  des exportations de pétrole en échange d’une aide financière chinoise.  Mais cet accord a été critiqué en raison de la volatilité des prix du pétrole, et cet accord a été revu en janvier 2018.

Les autres exportations proviennent principalement de l’aquaculture, de l’agriculture et du secteur minier.  L’objectif de Quito est d’augmenter ses exportations issues d’autres secteurs, notamment de l’industrie, pour ne pas trop dépendre des cours mondiaux des matières premières.

Lors de cette visite, le président Moreno a reçu pour son pays un nouveau prêt d’ 1 milliard de dollars, dont 69,3 millions de dollars de prêt pour la reconstruction suite au tremblement de terre  qui a touché le pays en avril 2016, et 900 millions de prêt à 6,5% par an sur 6 ans. Ce prêt devrait servir à moderniser le pays. Un accord entre  Beijing et Quito concerne la nouvelle université de Yachay que le gouvernement équatorien désire transformer en l’un des principaux hubs de l’innovation en Amérique latine.

Le premier ministre Li Keqiang a formulé le souhait que l’Equateur puisse mieux articuler ses politiques de développement avec la BRI.

Quito sur la route de la Soie
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*