This image has an empty alt attribute; its file name is greece-china-athens-oboreurope.jpg

Avant de s’envoler pour le Brésil et assister au sommet des BRICS, le président Xi Jinping a rendu visite à son homologue grec Prokopis Pavlopoulos début novembre 2019, pour discuter des progrès du partenariat sino-grec.

Depuis l’acquisition du port du Pirée par l’entreprise chinoise COSCO en 2016, la Grèce est devenue un partenaire privilégié de la Chine en Europe. Cette coopération s’est renforcée alors qu’Athènes officialisait sa participation à l’initiative « Belt and Road » en 2018 et devenait membre du dialogue 17+1 qui unit la Chine et les états d’Europe Centrale et Orientale en 2019.

Signature de multiples accords

Lors de cette visite, 16 accords très divers ont été signés entre la Chine et la Grèce (liste disponible ici).

  • Un accord d’extradition a ainsi été conclu entre la Chine et la Grèce. Cet accord fait la suite à l’extradition exceptionnelle d’un ressortissant chinois recherché en Chine et qui avait été arrêté en Grèce en 2015.
  • Un accord concerne l’ouverture de banques chinoises en Grèce (Bank of China et Bank of Industry and Commerce of China) afin de faciliter les échanges entre les deux pays.
  • L’exportation de Kiwis grecs devrait aussi être autorisée suite à cette visite, après la signature d’un accord agricole.
  • La Grèce et la Chine ont signé aussi des accords universitaires et de recherche.
  • La coopération devrait aussi se renforcer entre les deux pays dans le secteur aérien et énergétique, avec la possible participation chinoise à la centrale solaire de Minos en Crête.
  • Enfin, d’autres accords concernent le développement du port du Pirée

Le Pirée, un hub entre l’Europe et la Chine ?

L’agrandissement du port du Pirée a longtemps été retardé en raison de l’intérêt archéologique de la zone, mais en octobre 2019, le projet de développement du port a été approuvé. Suite à la signature du nouveau plan directeur, le port du Pirée devrait recevoir 600 millions d’euros d’investissements. Ce projet, qui fera d’Athènes l’un des principaux ports en Méditerranée devrait aussi bénéficier d’un prêt de 140 millions d’Euros de la part de la Banque Européenne d’investissement. Ce qui prouve que l’Europe et la Chine collabore sur ce dossier.

Pour Athènes, les attentes sont énormes, le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis espère faire de Pirée le plus grand port de Méditerranée et d’Europe. Cependant, ce défi reste immense, puisque le port du Pirée est actuellement le 8e en Europe pour le transport de marchandises (en 2017). L’objectif n’est pas de concurrencer les ports de la Mer du Nord, mais d’offrir une alternative à mesure que les clusters de la mer du Nord approchent de la saturation. Comme souligné par le président Xi Jinping, la prochaine étape est celle de l’intermodalité. Plus d’investissements devront être réalisés pour coordonner les activités entre le port du Pirée et l’aéroport d’Athènes et développer le transport ferroviaire entre la Grèce et le centre de l’Europe.

Pour réaliser cet objectif, la Chine accompagne le développement d’une possible ligne ferroviaire qui irait de Budapest à Athènes. Pour l’Europe, il est donc nécessaire de renforcer l’intégration de l’ensemble des états balkaniques.

La région des Balkans, région clef de la connectivité européenne

Malgré le véto du président français sur le début des négociations visant l’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine du Nord à l’UE, l’Europe devra continuer à intégrer cette région dans ces projets de connectivité. 

Il est donc possible d’envisager des investissements plus importants menés par la Chine dans les infrastructures de la région des Balkans afin de pérenniser les activités du port du Pirée.

Loin de considérer la présence chinoise comme une force concurrente, l’Union Européenne devra prendre en compte la montée en puissance du port du Pirée pour assurer une politique de développement régional efficace.

Pour que le Pirée devienne un hub majeur en Méditerranée, la Grèce et la Chine devront poursuivre leur coordination avec les autres membres de l’Union Européenne.

Visite de Xi Jinping en Grèce : « la route va bientôt devenir une autoroute »
Étiqueté avec :                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*