Après que le Panama ait déclaré vouloir rejoindre l’initiative “Belt and Road” en novembre  2017, c’est au tour de l’ensemble des pays d’Amérique Latine d’adhérer à l’initiative chinoise. Du 19 au 22 janvier 2018, le forum Chine-CELAC (Communauté des Etats Latino-Américains et de la Caraïbe) s’est déroulé à Santiago du Chili.  Le ministre chinois des affaires étrangères Wang YI  est venu encourager les états d’Amérique Centrale et des Caraïbes à développer leur commerce avec la Chine, et à soutenir le multilatéralisme.

Selon une représentante de l’ONU, l’initiative “Belt and Road” pourrait servir de support pour des programmes d’investissements conjoints entre la Chine et certains états d’Amérique Latine, notamment dans les secteurs de l’agriculture et des énergies renouvelables.

Lors de ce forum, plusieurs états dont le Chili et la Bolivie ont déclaré vouloir intégrer l’initiative “Belt and Road”.

La Chine a considérablement augmenté sa présence en Amérique Latine sous la présidence de Xi Jinping. La Chine se classe parmi les trois premiers partenaires commerciaux pour l’ensemble des états de la CELAC.

Le Chili et la Chine ont conclu un accord de libre échange en 2006. En novembre 2017, la présidente du Chili Michelle Bachelet et le président Xi Jinping ont accepté de renforcer cet accord de libre échange.

Pour certains états d’Amérique Latine, la Chine est devenue un partenaire nécessaire à leur stabilité. Ainsi, les  exportations vers la Chine assure près d’un tiers du surplus commercial du Brésil. En 2017, les entreprises chinoises ont augmenté leurs investissements au Brésil malgré la crise politique que connaît le pays, et ont fait l’acquisition de certaines infrastructures clefs du pays. Le groupe chinois HNA est un ainsi devenu l’actionnaire majoritaire de l’aéroport international de Rio.

Le futur du Venezuela est en partie entre les mains de Beijing. Caracas connait une grave crise politique sous la présidence de Nicolas Maduro. La Chine s’est rendue indispensable pour Caracas grâce à d’importants prêts.  Lors du forum Chine-CELAC, la Chine et le Venezuela se sont engagés à renforcer leurs échanges.

Enfin, l’intégration de l’Amérique Latine dans l’initiative “Belt and Road” et l’augmentation des investissements chinois dans la région pourraient décider des états comme le Paraguay et des pays d’Amérique centrale tels que le Nicaragua, El Salvador, le Guatemala, le Honduras et Belize à reconnaitre la politique d’une seule Chine.

 

La route de la Soie en Amérique latine
Étiqueté avec :                                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*