Le 18 avril 2018, Wang Yi, le ministre des affaires étrangères chinois a proposé à son homologue népalais Pradeep Kumar Gyawali en visite officielle à Beijing, la création d’un nouveau corridor des nouvelles routes de la Soie qui relierait le Népal à la fois à la Chine et l’Inde.

Wang Yi a listé le type de projets qui pourraient voir le jour sur ce nouveau corridor si l’Inde acceptait d’y participer; de nouvelles routes, lignes, réseaux de communication et  chemins de fer pourraient être construits. Katmandou pourrait bientôt être reliée par voie ferré à Lhassa si la Chine acceptait de construire une nouvelle ligne qui passerait par le mont Everest.

Ce projet est vu avec beaucoup d’intérêt de la part du Népal. Ce pays, jusqu’à récemment dans la zone d’influence indienne, tente depuis 2015 de rééquilibrer ses relations avec ses deux voisins. Katmandou s’est rapproché de la Chine et accepté de rejoindre la BRI. En janvier 2018, un premier projet labellisé BRI de connexion internet reliant la Chine au Népal  a vu le jour. Mais le Népal ne se détourne pas pour autant de son  voisin indien. Pays enclavé, le Népal se rêve aujourd’hui comme un carrefour majeur entre les deux géants asiatiques.

Ce n’est pas la première fois que la Chine propose à l’Inde de rejoindre la BRI. Jusqu’à maintenant New Dehli a toujours refusé. Ce dossier sera sans doute examiné lors de la rencontre  entre Xi Jinping et Narendra Modi prévue les 27 et 28 avril 2018. Cependant, contrairement aux fois précédentes, l’Inde pourrait cette fois-ci réfléchir sérieusement à participer à ce corridor. Tout d’abord, sa participation permettrait de continuer à protéger ses intérêts au Népal qui pourrait se tourner plus fortement vers Beijing si New Dehli délaissait son voisin du nord. D’autre part, ce nouveau corridor ne remet pas en cause la souveraineté indienne comme peut le faire le corridor Chine-Pakistan passant par la région du Cachemire revendiquée par l’Inde, le corridor Inde-Népal-Chine est donc moins politique et plus acceptable aux yeux de New Dehli.

Enfin face aux récentes  craintes formulées par les autres puissances mondiales, on peut penser que la Chine sera très attentive à offrir des propositions très équilibrées et ouvertes à tous pour ce nouveau corridor.

Grâce à ce corridor, la BRI pourrait franchir l’obstacle de l’Himalaya!

Un nouveau corridor pour connecter la Chine, le Népal et l’Inde?
Étiqueté avec :                            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*