par Dr. Sébastien Goulard

This image has an empty alt attribute; its file name is ursuala-europe-china-meeting-oboreurope.jpg

Le 14 septembre, s’est tenu un sommet virtuel entre les dirigeants chinois et européens. Le président du Conseil européen, Charles Michel, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et la chancelière allemande, Angela Merkel, l’actuelle présidente du Conseil, ont organisé une vidéoconférence avec le président chinois Xi Jinping.

Cet événement devait d’abord avoir lieu à Leipzig, en Allemagne, mais à cause de la pandémie de Covid19, cette réunion s’est déroulée en ligne.

Début septembre, les diplomates chinois les plus remarquables : le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et le chef du bureau des affaires étrangères du Parti communiste chinois Yang Jiechi se sont rendus dans plusieurs pays européens pour préparer cette rencontre.

Bien qu’aucune décision majeure n’ait été prise lors de ce sommet, il montre l’attachement de l’UE et de la Chine à ce partenariat.

L’accord global UE-Chine sur l’investissement

Le point central de cette discussion a porté sur les négociations d’un accord global d’investissements entre l’UE et la Chine pour que les deux marchés soient plus ouverts aux entreprises chinoises et européennes. Le premier cycle de négociations a débuté en 2014 ; malgré la crise de Covid19, les parties se sont engagées à trouver un accord d’ici la fin de l’année. Si les deux parties sont disposées à accélérer les négociations, elles sont également préoccupées par la réciprocité des échanges: l’Europe et la Chine doivent être largement ouvertes l’une à l’autre. Pour l’UE, l’accès au marché des entreprises européennes en Chine doit être amélioré dans les services financiers, la haute technologie et l’agro-industrie (alors que l’accord UE-Chine sur les indications géographiques vient d’être signé). Pour la Chine, les Européens doivent se montrer moins méfiants vis-à-vis des investissements chinois.

Une fois cet accord majeur signé, la Chine et l’UE devront travailler sur l’agenda stratégique de coopération 2025 pour soutenir les échanges et le multilatéralisme, car l’agenda 2020 expirera bientôt. Les deux régions doivent définir de nouveaux objectifs pour accroître les échanges, les investissements et les relations personnelles entre l’Europe et la Chine.

Économie verte, Covid19 et gouvernance

Les dirigeants européens et chinois ont également discuté d’autres sujets majeurs, notamment l’environnement, la pandémie de la Covid19 et la gouvernance.

Environnement et changement climatique

L’UE et la Chine ont réaffirmé leur engagement à poursuivre les objectifs de l’Accord de Paris sur le Climat. Malgré le ralentissement économique provoqué par la Covid19, l’Europe et la Chine continueront à promouvoir le développement durable et à développer les énergies propres. La Chine continuera à réduire ses émissions de carbone comme l’a annoncé Liu Youbin, porte-parole du ministère de l’Écologie et de l’Environnement en juin dernier.

L’année prochaine, en 2021, se tiendra en Chine (à Kunming, Yunnan) la réunion de la Convention sur la diversité biologique, initialement prévue pour 2020 ; et Beijing prévoit de prendre des décisions fortes à cette occasion.

La pandémie de Covid19

Les deux régions ont également convenu de développer une réponse mondiale à la pandémie de Covid19 en soutenant les actions de l’OMS et en favorisant la coopération (pour d’éventuels traitements et vaccins). Les dirigeants chinois et européens sont conscients qu’ils doivent travailler ensemble contre les menaces sanitaires mondiales.

Gouvernance

Les dirigeants de l’UE ont exprimé leur inquiétude concernant la situation à Hong Kong et les tensions dans la mer de Chine méridionale, et ont encouragé la Chine à développer des solutions pacifiques.

La réunion des dirigeants UE-Chine et l’initiative Belt and Road

Bien que l’initiative « Belt and Road » n’ait pas été spécifiquement mentionnée par les dirigeants européens et chinois lors de cette conférence, plusieurs points sont liés au développement de la BRI.

Premièrement, l’UE et la Chine sont désireuses de coopérer sur des projets numériques. Le président Xi Jinping a souligné que l’interconnectivité entre les deux marchés doit être une priorité à développer. Les entreprises numériques européennes et chinoises doivent avoir un meilleur accès aux deux marchés afin de franchir les frontières numériques.

Les dirigeants de l’UE ont également invité la Chine à développer des projets d’énergie propre dans les pays étrangers et à ne plus construire de centrales à charbon à l’étranger. Certains pays à faibles revenus en Asie et Afrique construisent encore des centrales à énergie fossile non efficaces avec des prêts chinois. Cependant, les projets BRI ont tendance à être plus respectueux de l’environnement car les projets à énergie propre deviennent moins chers.

Lorsque la pandémie est terminée, l’UE et la Chine, deux régions qui soutiennent le multilatéralisme devront développer ensemble des mesures de redressement à mettre en œuvre dans les pays à faibles revenus. L’UE a invité la Chine à envisager un éventuel allègement de la dette des pays les plus durement touchés. Beijing a déjà annoncé sa participation à l’initiative de suspension du service de la dette du G20.

Le sommet des dirigeants UE-Chine est un événement important pour les relations UE-Chine et montre l’importance de cette relation pour les deux pays. De bonnes relations entre l’Europe et la Chine rendent le monde plus sûr et plus stable.

Réunion des dirigeants UE-Chine du 14 septembre 2020
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*