par Dr. Sébastien Goulard

This image has an empty alt attribute; its file name is asia-belt-road-wang-yi.jpg

Le 23 juin 2021, le conseiller d’État chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a présidé la Conférence de haut niveau Asie-Pacifique sur la coopération “Belt and Road”. Des dirigeants de 29 pays, dont le président colombien Iván Duque Márquez, et des représentants d’organisations internationales (PNUD, CESAP, CEPALC) ont assisté à cette réunion en ligne. Le président Xi Jinping n’était pas présent, mais Wang Yi a lu les remarques du président chinois.

Bien que la conférence ait été évidemment préparée plus tôt, elle est une réponse au programme « Build Back Better World » du G7 dévoilé début juin. Les participants à la conférence en ligne tenaient à montrer que la BRI n’était pas un projet idéologique, comme l’a souligné Wang Yi qui a déclaré que la BRI n’a « aucune condition politique qui s’y rattache », avec une consultation égale de chaque partenaire.

En raison de la pandémie, aucun événement majeur en présentielle n’a pu avoir lieu cette année. Comme l’a noté Shannon Tiezzi, cette conférence a été allégée par rapport aux précédents événements de la BRI, avec « seulement » 29 pays représentés, de la région Asie et Pacifique (y compris la Colombie et le Chili). Mais cela restait une conférence ambitieuse avec deux points majeurs soulevés par Wang Yi pour poursuivre le développement de la BRI.

Premièrement, la coopération en matière de santé doit être améliorée. Les participants à la conférence ont lancé le Partenariat de la BRI pour la Coopération sur les Vaccins COVID-19 qui vise à accélérer la vaccination dans les pays de la BRI. Depuis le début de l’épidémie, la Chine a continuellement soutenu des pays étrangers en fournissant des produits médicaux, des blouses d’hôpital aux masques. Puis, après avoir produit plusieurs vaccins, la Chine a distribué des millions de doses à l’étranger. Les autorités chinoises ont déjà souligné la nécessité d’une coopération pour lutter contre le COVID-19. La route de la soie sanitaire doit être poursuivie. Pour Wang Yi, les membres de la BRI doivent coopérer pour renoncer aux droits de propriété intellectuelle sur les vaccins, afin que chaque pays puisse réussir à vacciner sa propre population sans délai.

Le deuxième point concerne la reprise économique post COVID. L’Initiative de la « Belt and Road » peut aider les pays à limiter l’ampleur de la crise. Premièrement, malgré les obstacles créés par la pandémie, les états doivent coopérer pour réduire les obstacles dans les chaînes d’approvisionnement et la logistique. Le libre-échange reste une priorité pour la Chine.

Deuxièmement, les membres de la BRI doivent élaborer des solutions sur le développement vert, afin que l’économie post COVID soit plus respectueuse de l’environnement. Cela peut être fait avec les nouvelles technologies et l’introduction de mécanismes de financement vert. La Chine finance déjà des solutions avec le Green Silk Road Fund, et le Silk Road Fund, un fond souverain chinois, donne la priorité aux projets respectueux de l’environnement. La Chine estime que les autres membres de la BRI doivent développer des initiatives similaires pour accélérer l’adoption des principes de l’économie verte.

Conférence Asie Pacifique sur la Coopération Belt and Road
Étiqueté avec :                            

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*