par Natasha Fernando

This image has an empty alt attribute; its file name is singapore-oboreurope-belt-road.jpg

La Banque Mondiale classe Singapour parmi les économies à revenu élevé. Avec un revenu par habitant de plus de 54,0000 dollars américains, Singapour a présenté un taux de croissance moyen annuel  de 7,7 %, depuis 1965 en menant une politique industrielle ambitieuse et une libéralisation économique. Dans le classement des pays selon leur indice de capital humain 2020, Singapour atteint la première place avec un indice de  0,88 ;  un enfant né aujourd’hui à Singapour  a ainsi de très grandes chances de vivre en bonne santé et de poursuivre des études supérieures. Cela signifie que Singapour se porte bien. En tant qu’économie avancée en développement, Singapour n’a pas besoin de financement extérieur pour développer ses infrastructures publiques contrairement à de nombreuses autres économies en développement en Asie qui espèrent beaucoup des investissements chinois.

On peut donc s’interroger sur les bénéfices que Singapour espère tirer de l’initiative “Belt and Road”.

La crainte pour Singapour d’être marginalisé

Un rapport de la London School of Economics (LSE) souligne que la région Asie-Pacifique est celle où la connectivité interpersonnelle avec la Chine est la plus forte. Les pays de l’ANSEA, géographiquement proches de la Chine, et qui ont des relations historiques avec la Chine, constituent les premières destinations des investissements chinois dans le cadre de la BRI, ainsi  l’Indonésie a reçu 171 milliards de dollars, le Vietnam 152 milliards, le Cambodge 104 milliards, la Malaisie 98 milliards et Singapour 70 milliards, comme le montre le graphique ci-dessous, avec une concentration des investissements dans les secteur du transport et de la logistique, ainsi que celui de l’énergie. L’ANSEA est au centre des échanges commerciaux de Singapour et offre de nombreuses opportunités à la Cité-Etat pour affirmer son statut dans les chaines de valeur mondiales. Alors que la BRI se développe en Asie du Sud-Est laissant une profonde empreinte diplomatique de la Chine, Singapour se cherche un rôle actif dans la BRI. Selon Irene Chan, Singapour redoute d’être exclu de ce projet qui se développe a l’échelle mondiale. La stratégie de Singapour est donc de tirer avantage de ses atouts tels que sa  réputation de centre financier international, sa stabilité politique et économique, ainsi que  la facilité et la sécurité que la Cité-Etat offre pour les investissements et les transactions commerciales.

This image has an empty alt attribute; its file name is bri-projects-total.jpg
La BRI chinoise dans les états de l’ANSEA

Singapour est aussi aujourd’hui le second plus important centre financier pour le traitement du Renminbi après Hong-Kong.

Les projets clés de la BRI auxquels participe Singapour comprennent :

  • L’initiative de démonstration Chine-Singapour (Chongqing) sur la connectivité stratégique.
  • La plateforme de logistique de Chongqing
  • Le centre de connectivité et de distribution multimodale
  • Le corridor du commerce international maritime et continental
  • Le parc logistique intégré  Singapour Guangxi.

Quel est le rôle exact de Singapour ?

L’Initiative de Connectivité de Chongqing (Chongqing connectivity Initiative, CCI) ouvre de nouvelles voies pour la coopération intergouvernementale et les partenariats d’entreprises privées entre Singapour et la Chine, particulièrement dans la municipalité de Chongqing. Les principaux domaines d’intérêt du projet comprennent l’information et les technologies de communication, les services financiers, le transport, la  logistique et l’aviation. La plate-forme de développement logistique de Chongqing et le centre de connectivité et de distribution multimodale représentent près de 1,4 milliard de dollars et visent à améliorer la connectivité par le développement de Chongqing comme un centre logistique international se connectant au corridor de transport sud du CCI. Celui-ci relie l’Ouest de la Chine à l’ANSEA via Chongqing et Singapour. Cet accord signé par le premier ministre de Singapour Lee Hsien Loong et le président chinois Xi Jinping, souligne l’importance stratégique du fleuve Yangtze qui selon Stratfor, est la voie navigable intérieure la plus fréquentée au monde pour le transport de marchandises et avec neuf capitales provinciales le long de ses affluents représente un PIB similaire à celui du Mexique. Singapour, hub régional de la CCI, est sur le point de tirer partie des opérations multimodales en explorant de nouvelles solutions digitales concernant  les formalités commerciales, les réglementations et les contrôles aux frontières à travers la plate-forme commerciale en réseau de Singapour (Singapore’s Network Trade Platform).

La BRI permet de confirmer la position de  Singapour comme « smart nation » au niveau international depuis que la Cité-Etat ait été invitée par la Chine en 2018 comme pays d’honneur pour la première foire des Smart Cities à Chongqing. Il s’agit là d’une distinction très élevé accordée à un si petit pays. Alors que les autres pays en Asie sont destinataires des investissements chinois liés à la BRI, Singapour est dans un schéma inverse et investit en Chine. L’entreprise singapourienne « Pacific International Lines » est devenu un acteur incontournable dans la zone de logistique  Singapour-Guangxi (Singapore Guangxi Integrated Logistics Park) qui a vu un investissement initial de 206 millions de dollars singapouriens. Il s’agit d’un investissement important pour la Cité-Etat, mais en retour, les entreprises de Singapour peuvent offrir de multiples services pour mener à bien des opérations d’investissements liées à la BRI, -et accroître ainsi leur revenus-, dans les secteurs de la de gestion des risques, la gestion de projets, les services bancaires internationaux, la comptabilité, le développement d’activités dans des pays tiers, la médiation, etc. Les entreprises singapouriennes sont ainsi liées à des projets régionaux et divers services juridiques sont assurés par les entreprises singapouriennes.

Aujourd’hui, un grand nombre d’entreprises basées à Singapour offrent des services juridiques et financiers au niveau régional et international ; ainsi 35% des investissements chinois vers les états de la BRI et 85% des investissements  des états de la BRI vers la Chine transitent par la Cité-Etat. Pour ne pas être exclue de la dynamique des échanges au sein de la BRI, et en réalisant son potentiel de centre financier international, la « smart nation » veut inverser les flux d’investissements au sein de la BRI. Ainsi, Singapour investit fortement en Chine et ses entreprises y multiplient leurs activités prouvant ainsi la résilience de la Cité-Etat dans un contexte d’évolution rapide de la mondialisation.

Le rôle de Singapour dans la BRI: rester pertinant
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*